Une interne en urologie au CHU de Toulouse primée

urologie

Urologue interne au CHU de Toulouse, Cécile Manceau a vu ses travaux de recherche enfin récompensés. Travaillant sur une thématique sensible qu’est la caractérisation du tissu qui entoure la prostate, et son impact (possible) sur l’évolution des cellules cancéreuses dans la prostate, la fondation de l’avenir lui a décerné un prix fin janvier 2021. L’urologue Jean-Pierre Giollito nous en dit plus !

Des travaux de recherche très prometteurs…

Sous l’œil bienveillant du Professeur Michel Soulié, Cécile Manceau, interne au CHU de Toulouse dans le département d’urologie-andrologie a réalisé des travaux de recherche, portant sur la caractérisation du tissu adipeux péri prostatique.

Ces travaux basés sur l’analyse de 300 échantillons de tissu adipeux péri-prostatique, prélevés de patients atteints du cancer de la prostate, ont permis selon Mme Manceau de démontrer de manière irréfutable le rôle que ces tissus jouent dans la propagation du cancer de la prostate. C’est la toute première fois où des recherches pareilles sont menées sur des sujets réels et non in vitro.

Cécile Manceau et ses collègues urologues ont ainsi minutieusement étudié la composition des tissus prélevés. Ils ont notamment pu mettre en évidence qu’ils peuvent évoluer même en situation d’hypoxie (lorsque le tissu enregistre un manque criant d’oxygène).

Des cancers plus agressives chez certains patients : pour quelles raisons ?

Questionnée sur ces travaux de recherche, Cécile Manceau a indiqué « L’hypoxie rend ce tissu particulièrement fibrotique et inflammatoire, or l’inflammation et la fibrose sont des caractéristiques reconnues pour faciliter la progression et l’agressivité tumorale. C’est une avancée mais notre travail se poursuit ».

Ne comptant pas s’arrêter en si bon chemin,  elle a ajouté également que la prochaine étape consistait à mesurer via des examens d’imagerie médicale le taux d’hypoxie chez les patients. La présence éventuelle de plusieurs niveaux d’hypoxie pourrait selon elle permettre au corps médical de comprendre pourquoi les cancers sont plus agressifs chez certains patients.

Conclusion

En sa qualité de docteur en urologie, Jean-Pierre Giollito s’est félicité de l’exploit réalisé par sa jeune confrère Cécile Manceau. Néanmoins, ce spécialiste qui a publié plusieurs articles dans des revues de renom, déplore une absence quasi-totale du soutien à ce type d’initiatives novatrices. Pour lui, la France a encore un long chemin à parcourir pour espérer grimper les échelons en termes de recherches médicales.

Les résultats de recherches comme celles réalisées par Cécile Manceau plaident indéniablement en faveur d’une augmentation des budgets alloués à la recherche médicale, notamment pour les maladies les plus sévères dont le cancer fait bien évidemment partie.

Enfin, Mr Giollito a conclu en espérant que des travaux comme ceux menés au CHU de Toulouse puissent inspirer d’autres équipes jeunes afin qu’elles se lancent elles-mêmes dans le domaine de la recherche médicale. Malgré les contraintes financières et logistiques présentes, il croit fermement en ces nouvelles générations de médecins et de chercheurs qui pour lui ont tout le potentiel nécessité de faire avancer les choses ! D’ailleurs lui-même durant sa longue carrière il a encadré de jeunes urologues au tout début de leur parcours, chose dont il est très fier.