Nissan, vers toujours plus d’innovation et « d’harmonie des sens »

logo de la marque de voiture nissan

Les constructeurs automobiles ne cessent d’innover afin de répondre à l’évolution des demandes des consommateurs. Il est en effet important pour eux, selon l’avis d’Ewigo, de se différencier de leurs concurrents et ils n’hésitent pas pour cela à sortir des sentiers battus afin d’offrir de nouvelles expériences à leurs clients. C’est notamment le cas de Nissan qui a décidé d’employer un nez dans ses équipes. Explications.

Un nez pour une expérience sensorielle de qualité

Le constructeur automobile japonais Nissan a récemment dévoilé un membre de ses équipes pour le moins… surprenant ! Peter Karl Eastland n’est en effet pas ingénieur en construction automobile ou designer mais ingénieur d’évaluation des odeurs au sein du centre technique européen de Nissan !

Son rôle consiste à sentir l’ensemble des pièces des véhicules du constructeur automobile avant que ces derniers ne soient commercialisés. L’objectif est alors d’« offrir la meilleure expérience sensorielle au client et de créer une connexion émotionnelle» comme l’explique la marque dans un communiqué.

Cet ingénieur, diplômé d’une maîtrise de chimie et de médecine légale obtenue à l’université de Leicester, encadre et manage une équipe de techniciens qui ont pour principale mission de créer « l’odeur caractéristique des voitures neuves ». Une tâche qui n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît puisque les odeurs présentes dans un véhicule varient selon l’utilisation de ce dernier ainsi que par la météo. C’est d’ailleurs pourquoi Peter Karl Eastland veille à comparer les avis des équipes basées au Japon ainsi qu’aux Etats-Unis afin de parvenir à « une odeur parfaite ».

Son odorat exceptionnellement fin lui permet d’analyser tous les éléments d’un véhicule, des adhésifs aux polymères en passant par les caoutchoucs. Il explique que « notre travail consiste à nous assurer que les matériaux que nous utilisons vont toujours être agréables en termes d’odeur. Nous voulons offrir la meilleure expérience sensorielle au client, afin de créer une connexion émotionnelle entre lui et le véhicule ».

Des démarches novatrices qui s’inscrivent désormais dans les fondamentaux

Si l’idée peut sembler saugrenue, elle prend pourtant tout son sens à l’heure où les consommateurs semblent nostalgiques des moteurs thermiques désormais en voie d’extinction.

Les constructeurs sont d’ailleurs d’ores et déjà sur le coup et l’on peut également citer l’initiative de Fort qui a récemment dévoilé un parfum à l’odeur… d’essence ! Autre exemple : Audi a mis en place une « Nose Team » qui a pour mission de repérer les pièces qui s’avèreraient malodorantes. Et ce n’est pas nouveau ! Cette équipe exerce en effet depuis 1985.

Nissan rejoint donc un phénomène qui est en passe de s’étendre afin de pousser encore plus « l’harmonie des sens ». La marque joue par ailleurs sur ce registre en collaborant depuis peu avec l’éditeur de jeux Bandai Namco dans le but de conférer « plus de personnalité et de caractère » aux sons d’alerte de ses véhicules.