Le séisme à Nippes fait surgir des problèmes de l’accès à l’eau

problèmes de l’accès à l’eau

Frappé par un séisme le 14 août dernier, le département des Nippes connaît actuellement de véritables problèmes d’accès à l’eau potable. En effet, ses réseaux de distribution d’eau potable desservant 7 de ses 11 communes sont aujourd’hui fortement endommagés. Résultat : les habitants n’ont plus d’eau, plus une seule goutte. En cause, des sources qui ont tari, et d’autres devenues impropres à la consommation à cause de l’ensablement ou de la pollution. La situation est telle que les habitants de certaines villes et agglomérations sont désormais obligés de boire de l’eau de rivière non traitée et non purifiée.

L’Azile, la plus affectée des communes des Nippes

Au rayon des communes les plus affectées par la pénurie d’eau du département des Nippes, L’Azile où, sur la place publique, l’eau en bouteille ou en sachet se vend à une vitesse ahurissante. La commune fait les frais des dommages causés aux réseaux de distribution d’eau, mais aussi du tarissement de plusieurs sources d’eau. C’est notamment le cas de Body, une localité dont le principal point d’eau (la source de Mety) a complètement tari. Body, qui se trouve à plusieurs kilomètres du centre-ville de L’Azile (où les autorités distribuent l’eau potable), a aujourd’hui toutes les difficultés du monde à s’approvisionner en eau potable. Un véritable cauchemar pour les habitants de cette localité, obligés de marcher plusieurs heures pour trouver de l’eau. « Nous étions déjà dépourvus de tout avant le séisme, mais à présent la zone devient invivable à cause de la pénurie d’eau », déplore une habitante de la localité de Body.

Plusieurs localités concernées par la pénurie d’eau potable

Body n’est pas la seule localité à faire les frais de la pénurie d’eau. D’autres localités sont concernées, notamment Plaisance du Sud, certaines localités des Baradères, de Petit-Trou de Nippes, d’Anse-à-Veau, Fond-des-Nègres et de Paillant, entre autres. Par ailleurs, la source de Geffard située à Plaisance connaît la même situation que celle de Mety. Les autorités publiques promettent d’entreprendre les actions qui s’imposent, avec des partenaires techniques, pour garantir la disponibilité de l’eau à la population des Nippes, particulièrement aux plus vulnérables. Selon Life ONG, cela ne peut pas se faire du jour au lendemain.

Mais d’ores et déjà, on parle de la distribution de l’eau dans les zones qui ne sont pas desservies aujourd’hui et où la population n’a donc pas accès à l’eau. Selon les responsables du département, un camion-citerne est préposé à distribuer de l’eau dans les villes qui souffrent de pénurie, en plus de 2 unités de traitement d’eau qui sont en cours d’installation à la rivière d’Anse-à-Veau pour servir la population de la commune en question. Par ailleurs, des discussions seraient également en cours en vue d’installer une troisième unité de traitement au niveau de la commune de L’Azile.