La non-violence dans le bouddhisme

bouddhisme

Le bouddhisme se caractérise par de nombreuses et profondes valeurs, visant à œuvrer pour la paix dans le monde. Il faut en effet rappeler que Bouddha prêchait la non-violence et veillait à délivrer un message de paix, ce à quoi s’attelle toujours le mouvement de la Soka Gakkai. Nous vous proposons de découvrir plus en détail la place de la paix et de la non-violence dans le bouddhisme.

Les enseignements pour la paix dans les écoles de bouddhisme

Le bouddhisme repose sur cinq préceptes (appelés « Sila »), dont le premier est l’engagement de ne pas tuer. Les pratiquants de cette religion cultivent avant tout la non-violence en veillant à ne pas répondre à la violence ou encore aux insultes.

Il existe plusieurs écoles de bouddhisme qui partagent cette même valeur. Dans le bouddhisme Mahayana, la voie des bodhisattvas, la compassion et la sagesse sont mises en avant. Le pratiquant peut ainsi conditionner sa libération à celle de tous les autres.

Dans le bouddhisme du Theravada, qui est une forme engagée, c’est la morale ainsi que la pratique du non-attachement qui prédomine. La non-violence fait partie des rituels accomplis.

Enfin, dans le Vajrayana, les différentes émotions, comme les névroses, le stress ou les peurs, sont transformées en instrument de paix.

Des actions proactives et positives pour lutter contre la violence

Le bouddhisme prône un processus proactif afin d’atteindre la paix. Pour ce faire, des actions de communication ouverte sont mises en œuvre tandis qu’une philosophie de partage de ressources et non blessante est mise en pratique.

De manière plus générale, le bouddhisme propose des actions positives afin de lutter contre la violence. Rappelons qu’en effet la non-violence n’est pas synonyme de passivité. Il convient d’agir de manière appropriée, sous forme individuelle et collective, afin de parvenir à instaurer une paix durable dans le monde entier.