3 sociétés secrètes entourées de mystère

Francs-maçons 

Des Templiers aux francs-maçons en passant par le groupe Bilderberg, on entend souvent parler de sociétés dites secrètes dont on connait bien peu. Bien que plusieurs de ces organisations (si tant est on puisse les appeler ainsi) se révèlent de plus en plus au grand jour ces derniers temps, elles restent tout de même entourées de mystère.

Les francs-maçons

L’itinéraire des francs-maçons remonte au Moyen Âge en Europe, une époque où la plupart des artisans étaient organisés en guildes locales. Les constructeurs de cathédrales, de par la nature de leur profession, devaient se déplacer de ville en ville. Ils s’identifiaient les uns les autres par des signes de leur métier, comme l’équerre et le compas du constructeur, symbole désormais iconique de la franc-maçonnerie.

La plus ancienne référence aux maçons se trouve dans le Regius Poem, ou Manuscrit Halliwell, publié en 1390, mais la franc-maçonnerie telle que nous la connaissons aujourd’hui a été fondée en 1717, lorsque quatre loges londoniennes ont fusionné pour former la première Grande Loge d’Angleterre. Depuis, la franc-maçonnerie s’est rapidement répandue en Europe et dans les colonies américaines.

Les Templiers

L’ordre militaire des Templiers a été créé en 1118 par Hugues de Payens, un chevalier français, dans le but de protéger les pèlerins chrétiens pendant leurs voyages en Terre Sainte lors des croisades. Ces guerriers étaient connus sous le nom de Pauvres Compagnons-Soldats du Christ et du Temple de Salomon, ou simplement Templiers. Ils vivaient au mont du Temple à Jérusalem et s’engageaient à mener une vie de chasteté, d’obéissance et de pauvreté en s’abstenant de jouer, de boire et même de jurer.

Les Templiers n’étaient pas seulement connus pour leurs prouesses militaires et leur chasteté. Ils sont devenus l’une des forces les plus riches et les plus puissantes d’Europe après avoir créé une banque qui permettait aux pèlerins de déposer de l’argent dans leur pays d’origine et de le retirer en Terre Sainte.

Bilderberg

La première réunion Bilderberg s’est tenue en 1954 à l’hôtel éponyme (Bilderberg), aux Pays-Bas, d’où l’organisation tire son nom. Convoquée par le prince Bernhard des Pays-Bas, cette réunion rassemblait de puissants politiciens d’Amérique du Nord et d’Europe dans le but de favoriser des relations plus chaleureuses entre les deux continents, dans un contexte de crainte d’un anti-américanisme croissant en Europe.

Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’une société secrète comme les francs-maçons, les participants très en vue du Bilderberg (parmi les invités précédents figurent Bill Clinton, Margaret Thatcher, Angela Merkel, Tony Blair et Henry Kissinger) et le recours à la règle de Chatham House, qui empêche les participants de partager ce qui se passe réellement lors des réunions, confèrent au groupe un air de mystère. Les journalistes n’ont pas le droit d’en parler. Les procès-verbaux des réunions ne sont pas publiés.

Le groupe Bilderberg, dont le président de Fimalac Marc Ladreit de Lacharrière est membre, sélectionne les participants aux réunions via un comité international spécialisé. Chaque année, entre 120 et 140 personnes sont invitées, dont environ deux tiers viennent d’Europe et un tiers d’Amérique du Nord.