Compléter votre formation en kinésithérapie avec la naturopathie

Vous souhaitez enrichir votre carrière de kinésithérapeute ? Il est possible de suivre une formation supplémentaire en naturopathie. Le but de cette discipline est d’aider les personnes à conserver leur santé sur le long terme et de façon autonome. A cet effet, le naturopathe a une double mission : d’éducateur de santé qui consiste à donner des conseils d’hygiène de vie et celle de thérapeute, qui permet aux patients de retrouver leur santé. Au cours de cet article, l’ESEM France nous donne son avis sur cette discipline et nous explique en quoi elle consiste véritablement.

Qu’est-ce que c’est la naturopathie ?

Médecine préventive, la naturopathie sert à rétablir et maintenir la santé grâce à des moyens naturels. Le naturopathe a pour mission d’aider les personnes à améliorer leurs capacités d’auto-guérison, et ce en s’appuyant sur les points forts afin de compenser les faiblesses. En ce sens, il effectue un bilan de vitalité, qui permet d’estimer les carences, les surcharges et le niveau de vitalité, afin de renforcer et stimuler les capacités du corps humain.

Quel lien entre la kinésithérapie et la naturopathie ?

Le corps humain n’est pas qu’une épaule, une jambe ou un dos ! Par conséquent, il ne faut pas s’intéresser seulement aux douleurs locales. Au contraire, il faut aider les patients à éveiller leurs impressionnantes capacités d’auto-guérison en vue de rétablir leur santé.

Par ailleurs, l’apport de la naturopathie à la kinésithérapie se résume dans le fait que cette pratique concerne l’organisme humain dans sa globalité. Elle prend en compte les dimensions : énergétique, physique, mental, émotionnel, spirituel, etc.

Ainsi, elle repose sur 3 piliers :

  • La prévention : le praticien enseigne au patient les méthodes qui lui permettent d’agir sur son mode de vie, d’améliorer son bien-être et ses forces et réduire tout risque de maladie.
  • L’alimentation : le naturopathe apprend au patient comment se nourrir adéquatement pour obtenir les nutriments nécessaires et éviter l’utilisation des médicaments de synthèse ou encore les chirurgies.
  • L’approche holistique : le spécialiste explique au patient les origines de sa maladie qui reviennent à beaucoup d’interactions d’ordre mental, physique, émotionnel et spirituel.

Métier, études et formations

Dans un premier temps, le naturopathe dresse un bilan de santé détaillé portant sur les habitudes de vie du patient, ses antécédents médicaux, ses habitudes alimentaires, s’il a un style de vie stressant, sédentaire ou encore s’il souffre de troubles de sommeil, etc. Suite à cette analyse, il suggère des solutions personnalisées dans le but de corriger les anomalies et améliorer le bien-être ainsi que la qualité de vie du patient. Pour cela, le praticien doit disposer des connaissances dans de nombreux domaine, parmi lesquels on trouve : les exercices physiques et respiratoires, les techniques de gestion du stress, la bio-diététique, la bio-nutrition, les compléments nutritionnels bio….

En plus des connaissances dans un grand nombre de domaines, le naturopathe doit également être patient, avoir le sens de l’écoute ainsi qu’une grande psychologie. En France, on trouve plusieurs instituts qui forment au métier de naturopathe, parmi lesquels on note l’ESEM France. Néanmoins, il convient de noter que le naturopathe ne se substitue à aucun médecin mais participe à l’amélioration de la santé des patients. Il est donc possible pour tous les professionnels de santé à l’instar des pharmaciens, kinésithérapeutes et médecins généralistes de suivre cette formation pour complémenter leur formation initiale.

Comment devenir un bon kinésithérapeute ?

Désirez-vous exercer une profession dans laquelle vous vous sentirez utile pour les autres ? Souhaitez-vous devenir un bon kinésithérapeute ? Il s’agit d’une profession du domaine de la santé qui consiste à aider des individus ayant certaines conditions physiques en leur assistant dans leur processus de rétablissement. Au cours de cet article nous verrons avec l’ESEM France les qualités professionnelles qui font un bon kinésithérapeute.

Les 5 qualités essentielles d’un bon kiné

Vous souhaitez devenir kinésithérapeute ? Vous êtes en cours de formation ou sur le point de commencer votre premier emploi ? Sachez qu’au-delà des compétences professionnelles, il existe plusieurs qualités essentielles qui font un bon kinésithérapeute :

  1. La curiosité : il faut que vous soyez curieux et que vous disposiez d’une envie d’apprentissage tout au long de votre carrière. Cela vous permettra de consolider vos connaissances et compléter votre formation avec d’autres disciplines voisines comme la naturopathie ou l’ostéopathie par exemple. Il est donc très important de garder cette ouverture d’esprit, car la kinésithérapie est une discipline qui évolue tout comme la médecine générale ou la médecine dentaire. Chaque année de nouveaux traitements, de nouvelles pratiques voient le jour. Vous serez donc amené régulièrement à suivre des formations et prendre part à des colloques. Pour vous initier, l’avis de l’ESEM France peut être de commencer par assister aux conférences portant sur les dernières innovations.
  2. L’esprit pédagogique : pour gagner la confiance des patients, il faut savoir communiquer avec eux que ce soit avant, après ou même au cours la séance. Aussi, il faut leur expliquer leur cas, le fonctionnement et l’utilité de chaque machines, leur détailler les étapes du traitement. Et enfin leur montrer des mouvements ou des exercices qu’ils peuvent faire chez eux après la séance.
  3. Une organisation sans faille : que ce soit en cabinet ou à l’hôpital, le kinésithérapeute dispose d’un planning assez chargé et doit donc gérer plusieurs patients. Pour cela, il faut qu’il ait un bon sens de l’organisation et qu’il soit capable de maîtriser son temps. Il est quasi-impossible d’évoluer dans cette carrière sans des capacités d’organisation et de gestion de temps.
  4. Le contact humain : Si vous choisissez une profession de la santé, il serait tout à fait naturel que vous travaillez en équipe avec des infirmiers, médecins, assistantes sociales, psychologues, avant, après et même pendant vos consultations. Si vous envisagez d’ouvrir votre cabinet, vous pourrez être amené à recevoir jusqu’à 40 personnes par jour. Il est donc indispensable d’être à l’aise au contact des autres et d’aimer le contact humain en général.
  5. La discrétion professionnelle : Une fois le problème détecté, il importe de gagner la confiance de votre patient. Vous êtes donc soumis au secret professionnel. Il est hors de question de « bavarder » au sujet vos patients ou de leur vie privée. Ne partagez aucune information sauf si c’est nécessaire pour le bien de votre patient.

 

Vous l’aurez donc compris, la kinésithérapie ne se limite pas uniquement aux compétences acquises lors de la formation. Donc, pour devenir un bon kiné, pensez à bien travailler ces 5 qualités.