Le diagnostic de performance énergétique d’un bâtiment

19 millions des logements existants en France ont été construits avant 1974, date à laquelle la réglementation thermique a été instaurée. Ces habitats souvent mal isolés sont responsables d’environ un 3/4 des émissions de gaz à effet de serre et sont pour la plupart de grands consommateurs d’énergie. Avant d’entreprendre des travaux de rénovation ou d’agrandissement, il est important d’effectuer ce que l’en appelle le DPE ou diagnostic de performance énergétique. Pour en savoir plus, nous avons demandé l’avis de Sweetcom France, expert en rénovation énergétique.

Il existe deux méthodes de calcul pour le diagnostic de performance énergétique DPE. La première de ces méthodes, c’est la méthode dite 3CL, elle est basée sur des algorithmes et sur des simulations thermiques. La seconde méthode, c’est la méthode dite des factures. Selon Sweetcom France, ce n’est ni le client ni l’installateur qui vont déterminer quelles méthodes appliquer. C’est la réglementation qui va définir de manière très précise dans quels cas, on va appliquer la méthode 3CL ou la méthode des factures.

La méthode des factures

La méthode des factures va s’appliquer dans deux cas. Le premier cas, quand le logement a été construit avant 1948. Le deuxième cas pour un logement avec un chauffage collectif sans compteur individuel. Uniquement, dans ces deux situations, on appliquera la méthode dite des factures dans toutes les autres situations, c’est la méthode 3CL qui va s’appliquer.

Alors, comment réaliser un diagnostic de performance énergétique de facture ? Pour cela, nous avons besoin des factures des trois dernières années. Si nous n’avons pas ses factures, nous allons produire un DPE avec une étiquette vierge qui demande un travail de simulation notamment sur le prix et sur le descriptif du bien pour pouvoir enfin faire des propositions d’amélioration du bâtiment comme nous l’explique Sweetcom.

La méthode 3CL

Cette méthode va reposer sur la collecte et la saisie d’une soixantaine de données et de paramètres. Ces données vont être saisies dans un logiciel qui va dérouler un algorithme défini par décret. Cet algorithme va sortir des résultats qui reposent sur un usage conventionnel du logement. Par exemple, 19 degrés de température le jour 15 degrés la nuit seize heures par jour de présence dans le logement du lundi au vendredi 24 heures sur 24 le week-end. On va également induire le nombre d’occupants prévus dans l’habitation en fonction de sa superficie. Les occupants sont souvent plus nombreux dans un appartement de 100 mètres carrés que dans un studio d’un appartement qui fait 30 mètres carrés.

On va également intégrer le modèle climatique avec trois zones défini pour la France. Ainsi, le DPE est conçu à l’aide de tous ces paramètres. Sweetcom France nous précise que c’est un calcul scientifique et précis. En effet, pour faire un bon DPE, il faut de la compétence et surtout, il faut passer du temps sur place et être attachés à la valeur de son travail.

Aujourd’hui, un diagnostic de performance énergétique qui respecte ses trois principes mérite la considération du marché.