Les coopératives agricoles : des acteurs clés du développement économique

Les coopératives agricoles sont aujourd’hui près de 2 600 en France. Gérées par des agriculteurs-sociétaires, leur fonctionnement est basé sur la collaboration, l’égalité et le partage. Certaines d’entre elles ont un poids et une influence économiques considérables. Comment fonctionnent-elles ? Quel est leur rôle et leur place dans l’économie française ? Zoom sur des sociétés à part entière.

Qu’est-ce qu’une coopérative agricole ?

Définition de la coopérative agricole

Une coopérative agricole est une société qui regroupe plusieurs agriculteurs, éleveurs et producteurs.  Elles sont gérées par les adhérents eux-mêmes, chacun ayant un pouvoir de décision équivalent.

Regroupés au sein d’une structure commune, ces différents professionnels de l’agriculture mettent ainsi en commun leurs ressources et leurs savoir-faire.

Les coopératives agricoles sont le plus souvent spécialisées dans un type de production (viande, fruits et légumes, lait…).

 

Les différents types de collaboratives

Les coopératives agricoles appartiennent à ce qu’on appelle les coopératives d’entreprises. Il existe en effet plusieurs types de coopératives, classées en fonction du secteur d’activité et le statut de leurs adhérents : les coopératives d’usagers, les banques coopératives, les coopératives de production, les coopératives multi partenariales et les coopératives d’entreprises.

Cette dernière catégorie englobe les coopératives agricoles mais aussi les groupements d’artisans, de commerçants et les coopératives de transports.

 

Un modèle économique basé sur la coopération et le dialogue

L’humain au cœur de la démarche

La coopérative agricole est une structure composée de personnes et non de capitaux. Le mode de gouvernance est égalitaire et démocratique. En effet, tous les agriculteurs membres de la coopérative ont la même capacité de décision. Lors des assemblées générales, chacun est donc libre de donner son avis, selon le principe « un homme, une voix ».

Le système délibératif des coopératives est donc un système égalitaire puisque le pouvoir de décision des adhérents de dépend pas de leur puissance économique ni de la taille de leur exploitation. En cela, les coopératives agricoles se différencient des sociétés de capitaux où seuls les plus importants fonctionnaires ont un réel pouvoir de décision.

 

Le rôle et les objectifs des coopératives agricoles

Fondées sur des valeurs de partage et de collaboration, les coopératives agricoles ont plusieurs objectifs.

Ces structures permettent aux agriculteurs de se regrouper et d’avoir plus de poids au niveau économique mais aussi politique. Ainsi réunis, les agricultures parviennent mieux à faire entendre leurs attentes et leurs revendications auprès des pouvoirs publics.

Elles permettent à leurs adhérents de partager leur matériel et de faire des achats groupés, ce qui réduit considérablement les frais.

Les coopératives agricoles valorisent les produits agricoles et favorisent le développement de l’économie locale. Lorsqu’elles sont situées en zone rurale, elles agissent comme un véritable moteur, en créant des activités ainsi que des emplois.

 

Les coopératives agricoles d’hier et d’aujourd’hui

L’histoire des coopératives agricoles

Les fondements des coopératives agricoles telles que nous les connaissons aujourd’hui datent du XIXe siècle.  C’est à cette que se créent les premiers groupements d’agriculteurs. En 1882 est ainsi fondée au Danemark une des premières coopératives agricoles européennes, la coopérative laitière d’Hjelling. Plusieurs paysans céréaliers danois décident de s’unir afin de pouvoir résister à la concurrence américaine. La première coopérative agricole en France est créée en 1888 en Charente Maritime, à l’initiative de producteurs de lait. Mais la majorité des agriculteurs de cette époque n’adoptent pas ce modèle d’organisation.

Il faut attendre les années 1930 pour que les coopératives agricoles connaissent un véritable essor. Ce développement est la conséquence directe de la grande crise économique et agricole qui touche alors la France. La mécanisation de l’agriculture provoque une surproduction et par conséquence un effondrement des prix. En peu de temps, de nombreuses coopératives agricoles, départementales et cantonales, voient le jour.

La création de ces coopératives répond un besoin des agriculteurs de s’unir face aux difficultés de l’époque. Il était en effet très difficile aux agriculteurs de pouvoir vivre tout en continuant à travailler seuls.

Les coopératives ont permis aux agriculteurs de réduire fortement leurs dépenses. Le matériel était ainsi mis en commun et les couts de production diminués. La création de créatives agricoles a également eu un impact positif sur l’amélioration des techniques. A cette époque, les coopératives agricoles avaient aussi une fonction éducative et sociale. En effet, elles ont permis la création d’écoles destinées aux agriculteurs et à leur famille.

 

Les coopératives agricoles aujourd’hui

A l’heure actuelle, les coopératives sont véritablement un des moteurs de l’agriculture française. Il existe aujourd’hui en France près de 2 600 entreprises agricoles. A cela s’ajoutent 11 545 coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA).

La très grande partie des agriculteurs sont membres d’une coopérative. Selon des chiffres de 2016, près de trois agriculteurs sur quatre ont adhéré à un moins une coopérative.

Les entreprises coopératives agricoles sont d’importants pourvoyeurs d’emplois. En effet, elles représentaient en 2016 près de 165 00 salariés.

En 2016, le chiffre d’affaire des entreprises collaboratives agricoles s’élevait à 85,9 milliards d’euros.  Les entreprises collaboratives agricoles comptent pour 40% du chiffre d’affaires totale de l’agro-alimentaire français.

 

Deux exemples de coopératives agricoles : Sodiaal Union et Lur Berri

 

Sodiaal Union : un des leaders de l’industrie laitière

Créée en 2007, Sodiaal Union est une coopérative spécialisée dans les produits laitiers.  Elle produit et commercialise différentes sortes de produits laitiers : lait, crème, beurre, fromages mais aussi des pâtisseries et de produits surgelés.

Le groupe fait partie des coopératives les plus puissantes. Sodiaal est en effet la 3e coopérative laitière en Europe et la 5e à l’échelle internationale.

La coopérative Sodiaal regroupe 11 800 exploitations réparties dans toute la France. Elle compte aujourd’hui 13 200 producteurs qui collaborent et qui gèrent la structure de manière commune.

La groupe commercialise de nombreuses marques de produits laitiers tels que Grand Lait, Yop, Cœur de Lion, Viva ou encore Riches Monts.

 

Lur Berri : une coopérative traditionnelle implantée au cœur du Pays basque

La coopérative Lur Berri (nom qui signifie en basque « nouvelle terre ») est une coopérative agricole dont le siège est basé à Aïcirits-Camou-Suhast, en Nouvelle-Aquitaine.

La coopérative est née en 1971, de la fusion de deux coopératives agricoles basques, la coopérative de céréales du Pays basque et la Coopérative agricole d’approvisionnement de Basse-Navarre. En 2001, le groupe signe un partenariat avec Labeyrie dont il est maintenant le principal actionnaire.

La coopérative Lur Berri est structurée en trois pôles : le pôle agricole, le pôle agroalimentaire et le pôle distribution.  

Regroupant 5000 agriculteurs, Lur Berri a fait de la valorisation des produits locaux et du savoir-faire basque une priorité.